Du 14 au 20 novembre, l’Établissement français du sang lance la deuxième édition de sa semaine de sensibilisation aux sangs rares. Cela ne vous dit rien ?

On vous explique tout !

Les systèmes de groupes sanguins

Notre groupe sanguin est le fruit de notre histoire et de nos origines et certains sangs sont particulièrement recherchés pour la transfusion.

Il existe actuellement 40 systèmes de groupes sanguins différents permettant de classer les individus pour définir une compatibilité optimale lors d’une transfusion de sang.

Il y a près de 380 antigènes décrits au sein de ces systèmes.

Vous êtes nombreux à connaître les groupes sanguins A, B, O et le groupe Rhésus (+ ou -) mais en réalité, leur diversité est beaucoup plus importante !

Certains sont fréquents, comme l’antigène A du système ABO et l’antigène D du système Rhésus. D’autres le sont un peu moins et certains peuvent même être exceptionnels (seulement quelques individus en France, voire dans le monde) ! 

Faisons l’analogie avec la couleur de cheveux. On dit couramment d’une personne qu’elle est blonde, brune ou rousse. Pourtant, il existe des centaines de variantes : blond vénitien, platine, cendré, doré, etc. 

Pour le sang, c’est pareil ! Nous avons tous le même sang et pourtant, il peut être bien différent d’un individu à l’autre.

Dans de très rares cas, certaines personnes ne sont ni A, ni B, ni AB et ni O. Leur groupe sanguin appelé « groupe Bombay », concerne seulement une personne sur 1 million dans la population européenne.

Qu’est-ce qu’un groupe sanguin rare ?

Un groupe sanguin est considéré comme rare lorsqu’il concerne moins de 4 personnes sur 1 000

En France, 700 000 personnes possèderaient un groupe sanguin rare, vous en faites peut-être partie !

Par exemple, les personnes originaires ou ayant des ancêtres originaires du continent africain, de l’Océan Indien (Réunion, Mayotte, Comores) et des Caraïbes (Martinique, Guadeloupe, Guyane) ont plus de chances d’avoir un groupe sanguin rare.

Face à certaines maladies comme la drépanocytose, maladie génétique la plus répandue au monde et extrêmement douloureuse qui touche en majorité les populations des Antilles et de l’Afrique subsaharienne, leur sang est très recherché car les personnes souffrant de drépanocytose ont besoin de transfusions sanguines régulièrement pour vivre à 100%.

Aujourd’hui, de nombreux malades originaires d’Afrique, de l’Océan Indien ou des Caraïbes sont en attente d’une transfusion. Il est donc très important que les donneurs aux mêmes caractéristiques sanguines se mobilisent pour eux.

Il existe environ 250 groupes sanguins rares en France

Qui est concerné ?

Tout le monde est concerné. En effet on peut avoir un groupe sanguin assez fréquent dans le pays d’origine de ses parents ou grands-parents mais moins fréquent, voire rare, au sein de la population du pays dans lequel elles vivent.

Par exemple, un Européen doté d’un groupe O négatif vivant en Chine sera considéré comme un sang rare et aura le plus grand mal à être transfusé. 

Le saviez-vous ?

Les produits sanguins rares peuvent être congelés afin d’en disposer en cas de besoin. Ils peuvent être conservés de nombreuses années et sont stockés essentiellement au sein de la Banque Nationale de Sang de Phénotype Rare, à Créteil.

Source : EFS